"Madame Royal", Daniel Bernard et son chat

Publié le


Daniel Bernard, journaliste à Marianne et auteur de "Madame Royal" répond aux questions des internautes sur le forum du Nouvel Obs. (17/01/2006) -  Extraits

Si vous souhaitez transmettre des messages à l'auteur ?  -> d.bernard@journal-marianne.com

Et pour voir la vidéo d'Arrêt sur images : sur le site de France5 (52 minutes avec Alain Duhamel et Daniel Bernard)

 Le cinéma sur Ségolène Royal n’est-il pas l’ultime blague du PS avant le rappel de Jospin?

Les nostalgiques de Lionel Jospin, surpris, ulcérés, consternés, désemparés par l’envol de Ségolène Royal, viennent d’inventer ce scénario. Puisque les choses nous échappent, feignons d’en être les organisateurs...

 Pensez-vous que S. Royal puisse se présenter même si le PS ne la désigne Pas ?

Il n’en est pas question. Je n’imagine pas un seul des candidats à la candidature oser cette transgression. Ne serait-ce que parce que le 21 avril 2002 reste dans les esprits et commande l’unité derrière le candidat officiel. Même Laurent Fabius ne l’envisage plus. Alors la compagne du Premier secrétaire...

 Comment expliquer les articles agressifs de la presse envers mme royal, l’influence sarkozyste et le fait qu’elle n’ait pas de réseaux sont ils la cause de cette cabale ?

Nous ne lisons pas les mêmes journaux... Le Monde vient de publier, après le Nouvel observateur et beaucoup d’autres, un portrait flatteur de Ségolène Royal. D’ailleurs, même Sarkozy a dit qu’il avait de l’estime pour elle ! Drôle de cabale...

 Vous avez recu une drole de fessee par Alain Duhamel a Arret sur image. Ca discredite serieusement votre propos.

Alain Duhamel, comme toutes les institutions, n’aime pas qu’on le chatouille. Il a donc réagi quand je l’ai gratouillé. Soit. Cette colère hautement télégénique confirme mon propos qui n’avait rien d’original puisque je faisais le simple constat que Ségolène Royal, malgré sa popularité, échappait au regard analytique des principaux éditorialistes. Pour eux, jusqu’à la fin de l’année 2005, elle était, je le répète comme une gentille provocation, une rastaquouère.

 Est-il vrai qu’elle n’y connait rien en économie ?

Qu’est-ce qu’un expert ? Tant de spécialistes des questions économiques ont échoué au ministère des Finances que cette notion est devenue relative. Néanmoins, il est certain que Ségolène Royal n’a pas jugé indispensable de concentrer son attention sur les questions fiscales, budgétaires ou sur les secrets de la comptabilité publique. Elle estime, comme Mitterrand, qu’il y a des spécialistes pour cela. François Hollande, d’ailleurs, est un de ceux-là. Ceci dit, elle est diplomée de l’Ena, a été ministre et gère aujourd’hui un budget régional. Ca donne quelques notions.

 Ségolène royal n’aurait pas la "carrure" suffisante ? les français, qui ne sont que 1% d’entre eux à apprécier leur président actuel, après 2 quinquennats, sont-ils, à votre avis, capables d’évaluer les potentialités de Mme Royal au poste suprême ?

Le costume présidentiel n’est pas forcément taillé aux mesures de De Gaulle. En élisant Jacques Chirac en 1995, les Français ont choisi un président réputé "agité". En 2007, ils peuvent encore propulser à l’Elysée une personalité plus accessible que les premiers monarques de la Vème République.

  (...) Madame Royal défend depuis fort longtemps une vraie Démocratie Participative. C’est ce discours qui crée aujourd’hui un réel espoir dans l’opinion, dans toutes les classes d’âge de la société. On raille ses compétences "limitées" en matière de politique étrangère, de politique économique; on redoute ses prises de décisions en cas de crise grave ? Mais Ségolène Royal saura s’entourer et travailler ENFIN en équipe (...) Qu'en pensez-vous ?

Démocratie participative ? Travail en équipe ? En enquêtant en Poitou-Charentes, y compris auprès des conseillers régionaux socialistes, ces ambitions ne trouvent pas la concrétisation espérée. Les élus de sa région souffrent en silence. Ségolène Royal a beaucoup de qualités, mais elle travaille plutôt en commando, avec un cercle très restreints de collaborateurs. La démocratie participative, dans sa région, concerne une part infime de son budget. Jusqu’à preuve du contraire, c’est plus un gadget qu’une révolution.

  Une femme Présidente? la France en rêve!!! C’est un atout en plus : question : quel projet crédible ? Quelle méthodologie? Quelle réelle volonté de s’attaquer aux corporatismes et nationalismes de tout poil pour réformer et partager le gateau équitablement en France? Les libertés sont en danger : que proposer car la peur fait des ravages dans une société qui se cherche? Emile MICHEL

Pour l’instant, Ségolène Royal n’a ni programme ni projet mais des intuitions. Ce n’est déjà pas mal. Elle travaille à un livre qui paraîtra en mars. Chacun pourra alors se faire une idée de ce que l’élection d’une femme, et plus précisément de cette femme, pourra changer en France.

  les femmes ont du mal à concilier vie familiale et vie professionnelle, moi la première et d’ailleurs mon rêve est de ne plus travailler!! on a l’impression que Ségolène est arrivée à tout faire facilement. comment a-t-elle fait??

C’est une femme extrêmement organisée. Elle déteste perdre son temps. Ses collaborateurs louent à la fois son efficacité et son endurance. Pourtant, il ne faut pas l’imaginer en mère omniprésente ; elle a fait le choix prioritaire de son engagement politique. Je reprends dans mon livre une anecdote qui m’a paru significative : quand ses enfants étaient petits, Ségolène Royal demandait à sa nounou de leur présenter une photo de la famille réunie avant de les coucher. Elle précisait aussi qu’elle faisait réciter les leçons le matin, avant l’école. Madame Royal partage les affres de toutes les mamans qui travaillent énormément : elle est déchirée entre l’envie de progresser dans la carrière et le désir de s’occuper des siens.

 Pourquoi ségolène ? Si ce n’était pas ségolène, pour qui pencheriez vous ?
Arnaud http://forumsocialiste.free.fr

J’ai voulu connaître cette femme qui parlaient davantage aux Français qu’aux militants socialistes. J’étais curieux de me plonger dans cette famille de militaires vosgiens. J’ai voulu comprendre ce socialisme imprégné de culture chrétienne. Et cerner aussi cette féministe hétérodoxe. Il me semblait que Ségolène Royal s’exposait beaucoup pour mieux se dissimuler. Mon enquête a confirmé ce sentiment au-delà de mes attentes ! (...)

 Un peu d’arithmétique si vous voulez bien. Fabius dispose de 20% des voix des militants (à valider si de nombreuses adhésions ne changent la donne), il peut espérer glaner une bonne part des voix du NPS, admettons 10%, il resterait 70% à partager entre DSK, Lang, et Ségolène, s’ils se maintiennent tous les 3. Dans cette hypothèse les chances de Fabius restent intactes. Pensez-vous alors à un désistement d’au minimum d’1 des trois pour faire barrage à Fabius ? et si c’était aujourd’hui, pensez-vous que Lang et DSK accepteraient de laisser la place à Ségolène pour battre Fabius ?

Dominique Strauss-Kahn, effrayé par votre analyse, a déjà réclamé une primaire interne à la motion Hollande. Pour l’heure, sa requête n’a pas eu d’écho. C’est sans doute trop tôt.

 Le docteur Douste est Ministre des Affaires étrangères, le juriste Sarkosy est ministre de tout... Pouquoi Ségolène ne serait pas compétente pour être Présidente.

Tout comme le métier de journaliste, l’exercice de responsabilités politiques ne requiert aucun diplôme particulier. Certains ne s’en sortent pas si mal, mais l’inexpérience n’est pas forcément une garantie de réussite. Regardez Douste...

 

 

 

 

 

 

  Mme Royal est à la mode (…) Malgré cet apparent air frais qu’elle représente, (…) a-t-elle vraiment un projet à la mesure des attentes? Je suis sympathisant socialiste mais son discours ne m’a jamais surpris par une originalité personnelle; je dirais même le contraire. Qu’en pensez-vous?

Ségolène Royal ne manque pas d’audace, mais cette audace ne la porte pas à affronter l’opinion. Elle s’est plutôt fait une spécialiste de heurter les libéraux-libertaires qui, à gauche, tiennent le haut du pavé. Dans son milieu, au PS, c’est courageux. Je crois que les français sentent cette capacité à afficher ses convictions et l’apprécient. Dans cette campagne présidentielle qui s’ouvre, c’est incontestablement un atout si elle use de la même arme sur des sujets qu’elle n’a pas abordé. En clair,si elle affronte les géants de la grande distribution ou Jean-Claude Trichet avec la même ardeur qu’elle s’est coletée aux fabricants de strings,elle peut entreiner largement les socialistes, la gauche et les Français. Le veut-elle ? Le peut-elle ? (..)

 pourriez vous m’indiquer les grandes lignes de ses orientations en ce qui concerne la fonction publique merci

 Non. Malheureusement


 Madame Royal déclare avoir Tony BLAIR pour modèle... comment porter l’espérance d’une vraie gauche sociale avec de telles références ?
je crains une nouvelle fois de voir une "gauche" appliquer une politique de droite si elle revient au pouvoir !

 

 

 

 

 

Tendez l’oreille lors de sa prochaine intervention : Madame Royal use en permanence d’une formule, "et en même temps". Elle est donc blairiste, et en même temps, sa région subventionne Attac. Ce qui la séduit chez Blair, c’est d’abord son énergie et son refus de se laisser enfermer dans les schémas anciens du Labour. Ils ont en commun le culte de l’efficacité. Cela ne fait pas une politique de gauche, certes, mais cela ne qualifie pas forcément une politique de droite. (...)

 Ségolène Royal pourrait-elle émerger politiquement si la mode actuelle n’était pas à la politique spectacle ?

 Vous faîtes sans doute référence à Lionel Jospin chantant les feuilles mortes à la télévision ou faisant savoir urbi et rbi que c’est daniel, le fils de Sylviane, qui a préssé le bouton du fax dont est parti sa candidature à la présidentielle de 2002 ! La peoplisation de la vie politique ne date pas d’aujourd’hui. Ségolène Royal, qui ne fait rien à moitié, a simplement forcé le trait en se multipliant les prises de vue avec enfants. Ce faisant, elle se pose en responsable politique maternante. Or, il me semble que les Français aujourd’hui réclament des protections. Là reside, selon moi, le secrêt de l’engouement de l’hiver 2006.

 Je crois vous avoir entendu dire que Ségolène Royal ne tenait pas la route plus de 10 minute s lors de vos échanges pour ce livre ? Confirmez-vous ?

SR ne souhaitait pas revenir -notamment avec un journaliste de Marianne- sur son parcours.Je l’y ai un peu contraint pour ce livre et elle a finalement consenti à livrer quelques éléments du puzzle, à m’aiguiller. Mais, fondamentalement, c’est une personnalité qui s’épanouit dans la brume.
A propos des 10 minutes, c’est autre chose. En réécoutant nombre de ses prestations audio-visuelles, je me suis aperçu qu’elle était imbattable sur 30 secondes, plus fragile sur 10 minutes et souvent à bout d’arguments lors d’une émission longue et technique. Manque d’expérience de ce type de marathon médiatique, sans doute...

 Mettre en question les compétences de Royal est-il du sexisme? (le vrai problème n’est-il pas plutôt que personne ne mette en question les compétences de ses ricvaux...)

Le sexisme existe. Les salaires des femmes sont moindres que ceux des hommes. Les violences conjugales concernent un sexe davantage que l’autre. Néanmoins, comme le reconnaît Ségolène Royal, pour elle, être une femme a été, jusqu’à présent, " plutôt un atout".

 S. Royal veut-elle aller au bout? N’a-t-elle pas pour principal mérite de gêner la montée en puissance de Fabius et DSK avant que la situation ne soit mure pour Jospin?

Tous les scénarios du monde ignorent un détail : Ségolène Royal n’est absolument pas décidée à s’effacer devant qui que ce soit. A fortiori s’il s’agit de Jospin, de DSK ou de Fabius !

 Compte tenu de la ferveur populaire qui tend à placer Ségolène Royal en tête des "candidats à la candidature", comment le 1er secrétaire du PS va -t-il pouvoir rester neutre ? En s’en prenant à Ségolène et même si elle est assez forte pour se défendre seule, son expérience politique le prouve, certains "amis" du 1er secrétaire attaquent François HOLLANDE. On entend des remarques, fortes discourtoises à l’encontre de Ségolène qui dépassent la politique et qui ne peuvent laisser un conjoint de marbre.

En rencontrant françois Hollande lors de la préparation de ce livre, j’ai été stupéfait par la distance avec laquelle il commente les événement de sa propre vie. Des qualités nécessaires pour réussir en politique, il a au moins le sang froid.

 Mr Bernard a-t-il anticipé l’avènement de Ségolène lors de son enquête pour écrire son livre (que je n’ai pas encore lu) ? Pourquoi a-t-il commis ce livre et quand a-t-il commencé son ouvrage ? Comment l’hebdo Marianne "voit-il" notre "Dame de coeur" ? Merci

Lorsque j’ai commencé mon enquête, à la fin 2004, j’ai observé ce que tous mes confrères savaient : "Ségolène" entretient avec les Français un rapport complice, tendre, doux. Ce n’est pas un hasard s’ils l’appellent par son petit nom. Pourtant, à la différence de mes confrères, j’ai voulu la prendre au sérieux. La traiter, au fond, comme on traite ces éléphants installés dans le paysage depuis deux, trois ou quatre décennies. Sa popularité, finalement, en dit long sur la France, sur la gauche, sur le PS, sur les médias...
Quant à Marianne, ses rédacteurs attendent ce que SR voudra dire aux français. Mais sans agressivité a priori.

 Avez-vous rencontré Ségolène Royal pour rédiger votre ouvrage ou est-ce une bio "non autorisée"?

Les deux. J’ai rencontré Ségolène Royal à ma demande, comme 110 autres témoins. Mais le livre n’a pas été relu et encore moins amendé.

 Ne croyez vous pas que toute cett epublicité n’a été orchestrée que pour favoriser au final la candidature du compagnon de SR, à savoir François Hollande ? Ben de Nîmes

C’est la thèse du "lièvre à la Royal". Je n’y crois pas du tout.

 Ségolène a-t-elle lu votre livre? Si oui, qu’en pense-t-elle? Si toutefois elle a bien voulu vous le dire...

Oui, elle l’a lu. Elle a choisi d’en retenir ce qui lui était le plus agréable : en me plongeant dans son enfance, en parcourant les différences étapes de sa vie et de sa carrière, en analysant ses réussites et ses échecs, je crois lui avaoir donné une certaine épaisseur. Elle n’est pas qu’une femme sur papier glacé, même si cette image l’arrange parfois. Son engagement a un sens, inspiré par une quête spirituelle qu’elle veut discrète. Dès lors, elle a choisi d’évacuer tous les passages désagréables. C’était aussi une façon de les banaliser et ne pas attirer l’attention de mes confrères souvent distraits ! 

 

 

 

 

Publié dans Interviewes

Commenter cet article