Prédicatrice PS

Prêche du Zénith (27 sept. 2008)

Soeur Ségolène sur France Inter

Ségolène Royal, mère supérieure
dans un car de presse

La cata ! Non seulement Ségolène Royal ne décolle pas, mais elle n'est désormais même plus sûre d'être au second tour. Tandis que Mélenchon crie "y a le feu au lac!", l'UMP s'inquiète. Après avoir plébiscité Ségolène depuis un an, l'UMP doit épargner à nouveau la candidate en difficulté. Le mot d'ordre à l'UMP : Sauver Royal ou Sarko est fichu !

Incapable de rassembler à gauche, Royal  est pour l'heure quasiment certaine de se faire écraser par Sarkozy, si elle parvient toutefois à franchir le cap du second tour.

Si elle y parvient, il faudra probablement voter pour elle, mais pour l'instant, le vote inutile pour battre Sarko, c'est elle !

Ségolène Royal divise et flingue la gauche

Pourtant, jusqu'à présent, les signes étaient plutôt en sa faveur : un plébiscite au sein du PS (au nom justement du fameux vote utile qui faisait dire qu'elle seule pouvait battre Sarkozy), des anti-libéraux incapables de se mettre d'accord sur une candidature unique (et qui vont sans doute le payer très cher), le ralliement au PS des Chevénementistes et des Radicaux, un nombre réduit de petits candidats...
Malgré tout ces cadeaux, Royal continue à s'enliser.

Comme si ça ne suffisait pas, elle tire même dans son propre camp, accusant ses camarades de ne "pas faire assez bloc" autour de sa personne (ces mêmes camarades qu'elle vient de récupérer in extremis en fin de campagne face à sa dégringolade sondagière et qu'elle continue à garder dans l'ombre. Dans son ombre). Voir encore dernièrement la façon lamentable dont elle a traité Fabius par exemple lors de la soirée sur le Darfour (franchement, lorsque Fabius parle du Darfour, au moins il sait de quoi il parle !). Reprendre l'idée du boycot des JO 2008 en Chine (pays qui bloque toute les résolutions onusiennes) pourquoi pas, mais Royal aurait sans doute été plus crédible si elle en avait touché deux mots lors de son voyage en Chine, au lieu d'y louer sa justice expéditive! Comme les autres, Royal a signé un engangement concernant le Darfour. Elle en fera probablement la même chose que le Pacte écologique de Nicolas Hulot.

Royal continue aussi inlassablement sa victimisation autour de sa féminité qu'elle ne cesse de mettre en avant. Même si c'est probablement son seul atout de campagne, ça lasse...

Après s'être affranchie de la tutelle du PS, Royal va-t-elle vouloir se passer du soutien des élus socialistes ? C'est qu'elle ne semble rien comprendre à la politique, persuadée qu'elle sera élue par le seul "peuple français". "La ligne, c'est moi qui la trace" dit-elle. Une ligne du reste bien difficile à suivre tant elle est sinueuse. Demandez à Eric Besson lui qui devait présenter un programme en mutation (en improvisation) constante, en fonction de l'humeur de la dame !

La droite républicaine Bayrouiste
pour mettre à terre le sarkozisme?

Le seul à pouvoir battre aujourd'hui Sarkozy n'est pas plus à gauche qu'elle. Il est même très bien ancré à droite, malgré ce qu'il aimerait nous faire croire du haut de son tracteur. C'est le candidat Bayrou !
Dans tous les cas de figure aujourd'hui, si Bayrou arrive au second tour, il gagne. Ca devrait suffire à nous le faire apprécier un peu... provisoirement... jusqu'aux législatives. 
Royal n'a cessé d'appeler au vote utile. Prenons-là au mot et votons pour le seul candidat capable aujourd'hui de battre Sarkozy : BAYROU.

 

Entre la démagogie dégoulinante de Royal et le fascisme rampant de Sarkozy qui vient de tester l'association nauséabonde des thèmes de l'immigration et de l'identité nationale, on peut rester un peu perplexe. Malgré toutes les tentatives  de sédution des frontistes, Sarkozy a échoué : le FN ne se dégonfle pas. Sarkozy ne fait qu'augmenter le nombre total des extremistes que l'on sait sous-évalué dans les sondages et glisser toute la classe politique toujours plus à droite. Un échec total.

Sarkozy, c'est le désordre absolu,

les banlieues qui crament, le délire sécuritaire généralisé, la multiplication des mesures liberticides, la montée des agressions contre les personnes, les raflles aux sorties des écoles, la délation institutionnalisée, l'exacerbation des intégrismes, le dépistage de la délinquance dès la maternelle, les communautarismes encouragés, le mépris et la kärchérisation des gens de cités (qui pourraient d'ailleurs bien faire la différence dans cette présidentielle), une gestion religieuse et anti laïque de tous les maux de la société, l'écologie dénoncée comme "totalitaire" et excéssive, la censure, la solidarité érigée en délit... bref, une France frileuse anti démocratique et sécuritaire qui recule qui perd et s'appauvrit.

A écouter Bayrou sur les sans papiers, on ne sera pas transporté par sa générosité. Mais est-il si différent de celui de Royal qui ne prévoit comme lui que des régularisations "au cas pas cas" (il vaudra mieux pour les sans papiers, travailler, avoir des enfants scolarisés, être bien logés et en France depuis un paquet d'années, les autres : célibataires, malades... out!)? Quant au droit d'asile, on n'en parle simplement plus, ni au PS, ni à l'UDF.
Et que dire des explications emberlificotées de Bayrou sur le mariage gay que gène ses valeurs chrétiennes, on reste également moyennement convaincu. Royal, elle, peut au moins, pour éviter de parler de ses convictions personnelles, se cacher derrière un  "c'est dans le programme du PS" qu'elle ne se dépêchera pas plus que Jospin sur ce point d'appliquer.
C'est que la frontière gauche/droite devient toujours plus confuse.

 

Pour la reconstruction d'un PS enfin ancré à gauche

C'est donc sans enthousiasme que beaucoup de socialistes, face à la déliquescence de leur parti, voteront Bayrou. Le PS n'a tiré aucune leçon de 2002. Il lui faudra sans doute réfléchir encore... Quant à Bayrou, restera les législatives pour le neutraliser, si le PS se réveille d'ici là...

Aujourd'hui Royal fait de la surenchère sur l'identité nationale. La campagne sent mauvais... Au lieu de saisir la perche que lui tend l'UMP qui tente désespérément d'accentuer le clivage droite/gauche pour neutraliser son seul vrai adversaire (Bayrou) dont le leitmotiv est précisément de transcender cette différence, Royal préfère suivre Sarkozy, glisser toujours plus à droite et finalement conforter son retard.

Voilà qu'elle remplace l'Internationale par la Marseillaise et qu'elle voudrait un drapeau français dans toutes les maisons. Après la "valorisation du travail", la famille qu'elle remet "au centre de la société", voici la patrie, comme pour terminer un joli trio aux relents pétainistes !
Ségolène veut ratisser tellement large qu'elle finit par larguer son propre camp, comme Jospin en 2002 qui a eu bon dos ensuite d'accuser la dispersion des voix de gauche.
Voici que Ségolène se prend à présent pour Jeanne d'Arc (son modèle) et qu'elle se croit même, dans un nouveau délire mégalo, l'incarnation de la France elle même : "La France présidente" est son nouveau slogan publicitaire.

La gauche ne se retrouve plus aujourd'hui. L'urgence absolue est alors de battre Sarkozy. Peu importe s'il faut alors voter Royal ou Bayrou, les différences sont minimes. Mais aujourd'hui ce vote utile est celui pour "l'extrême centriste", la droite républicaine. En mai, nous aurons au moins alors la satisfaction d'avoir évité le pire: Sarko l'agité, le Bush anti-républicain et ultra communautariste qui aurait mis le feu à la France en quelques mois.

Sarkozy et l'extrême droite sont des dangers absolus pour la démocratie ! On sait aujourd'hui qu'un gouvernement UMP-FN est possible.

Il faut tout faire pour leur barrer la route. Tout, même voter Bayrou au 1er tour. 

Tout sauf Sarko et l'extrême droite !


Blog socialiste

Les élections approchent et vous n'êtes toujours pas convaincu - malgré tous vos efforts - par le vote Royal ? Moi non plus.
De dérives populistes en meetings nationalistes, la candidate fonce droit au mur. 
Royal perdante.  La victoire n'est "pas impossible", estime Ségolène Royal. Pas impossible !!? Mais dans ce cas là, qu'elle se désiste tout de suite et cesse de disperser les voix anti Sarko ? Elle même n'y croit pas et vous voteriez pour elle ?

Rocard propose un accord Royal/Bayrou contre Sarko/Le Pen avant le premier tour. C'est certain, ce serait l'échec assuré de la droite extrême et de l'extrême droite ! 

Super flic Et une petite vidéo sur les méthodes de la police de Sarkozy... C'était mardi 3 avril, à Rouen (vidéo1).
Sous Sarkozy, + 40% de plaintes pour bavures policières en 2 ans ! 
Et une montée continue des violences contre les personnes... voir les vrais chiffres sur ce
site Betapolitique. Car Sarkozy ment ! Serge Portelli, vice-président au tribunal de Paris, président de la 12e Chambre correctionnelle et membre du Syndicat de la magistrature publie son livre en ligne chapitre par chapitre.

  

Sarko a peur. Sarkozy n'ose toujours pas retourner à Argenteuil. Depuis des mois pourtant, son staff balise le terrain. Sarkozy n'aime pas rester sur un échec, mais il a peur des cités, comme il semble avoir peur des débats. Le Pen, lui, a été à Argenteuil... le matin, c'est plus sûr pour éviter la racaille qui dort et la France qui se lève tôt! 

Cette semaine encore, rafle brutale à Aubervilliers Où sont les médias?

Le documentaire sur Sarkozy que vous ne verrez pas à la TV
Monsieur Sarkozy, êtes-vous un candidat républicain?   Préparez-vous un accord électoral entre votre formation politique et l’extrême droite dans notre pays ?
 

 

Nadine Morano n'exclut pas des accords avec le FN

 

Lundi 19 mars 1 19 /03 /Mars 12:00
- Publié dans : Ségo news
Ecrire un commentaire - Voir les 37 commentaires
Retour à l'accueil

Télé-évangélisme

Fraternitude ! Fraternitude ! Fraternitude !
 


Prêche du dimanche

 

Prêche du Gymnase Japy
(nov. 2008)

 

Images Aléatoires

Chercher un mot

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus